Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Huit femmes enceintes sur 10 prennent au moins un ...

Huit femmes enceintes sur 10 prennent au moins un médicament

Retour
8a enceinte medicaments

C’est ce que nous apprend une étude publiée à la fn de l’année par les Mutualités Libres. Un problème loin d’être anodin.

La femme enceinte est susceptible d’être exposée à des médicaments en raison de symptômes liés à la grossesse, pour le traitement de pathologies aiguës ou chroniques, ou encore en automédication. Il est évidemment indispensable que la mère puisse être traitée pendant la grossesse, d’autant que certaines maladies peuvent être dangereuses pour la mère et/ou le bébé. 

Cependant, la plupart des médicaments pris par la femme enceinte sont aussi absorbés par le bébé, et des médicaments sans danger chez un adulte peuvent entrainer des malformations ou d’autres problèmes chez le bébé, parfois constatés seulement plusieurs années plus tard. Dans les années ‘50 à ’70, le cas du Softenon avait défrayé la chronique, entraînant de graves malformations chez plus de 10.000 enfants dans le monde. 

Mais aujourd’hui, combien de femmes prennent-elles encore des médicaments potentiellement dangereux pendant leur grossesse ? Pour le savoir, les Mutualités Libres ont analysé les données administratives des médicaments remboursés chez 63.736 femmes enceintes entre le début de l’année 2013 et la fn 2016.

Danger potentiel 

La moyenne s’élève à 4 médicaments diférents.  Dans 7 % des cas, les femmes enceintes utilisent même des médicaments potentiellement dangereux pour le fœtus ou qui pourraient provoquer des anomalies dans son développement, par exemple des anti-infammatoires non stéroïdiens comme le diclofénac ou l’ibuprofène, pris lors du troisième trimestre de grossesse. 

Le nombre de femmes enceintes qui prennent de tels médicaments varie selon plusieurs facteurs. Elles sont ainsi 10,9 % à le faire au-delà de l’âge de 40 ans, ou 8,8% parmi les bénéfciaires de l’intervention majorée..

Pas seulement les médicaments sur prescription 

Tous les médicaments, sur prescription médicale ou en vente libre, comportent des risques, y compris les médicaments à usage externe (crème, gel, etc.) et les médicaments à base de plantes. 

L’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) veille à la qualité, la sécurité et l’efcacité des médicaments. L’étude des Mutualités Libres souligne l’importance d’une campagne lancée il y a déjà un an pour guider les femmes avant et pendant la grossesse et la période d’allaitement: 

  • en répétant les recommandations pour l’utilisation correcte et prudente des médicaments;
  • en rappelant la nécessité de planifer leur grossesse aux patientes qui prennent des médicaments durant une longue période;
  • en encourageant le dialogue avec le médecin, le pharmacien et la sage-femme. Certaines anomalies congénitales et problèmes durant le développement précoce de l’enfant pourraient ainsi être évités. 
Parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou votre sage-femme. 

Parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien Vous souhaitez avoir un enfant et vous prenez des médicaments ou vous envisagez d’en prendre pendant votre grossesse ? Vous allaitez? Consultez votre médecin ou votre pharmacien. Par ailleurs, il est important que vous ne preniez aucun médicament de votre propre initiative  et que vous ne modifiez ou n’arrêtiez pas un traitement prescrit sans avis médical.

● Plus d’informations sur: www.medicamentsetgrossesse.be

Cet article a été réalisé par 

Vous l'avez aimé ? Rendez-vous sur leur site !


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles

Contactez-nous