Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Zoom sur le frottis cervico-utérin

Zoom sur le frottis cervico-utérin

Retour
8 hygiene feminine

La dysplasie

En Belgique, le cancer du col de l’utérus est le 12e cancer le plus fréquent chez la femme et le 3e cancer gynécologique1. Il est le plus souvent causé par un virus appelé « papillomavirus humain » (HPV). En général, le corps élimine spontanément ce virus. Cependant, chez certaines femmes, le HPV persiste et peut alors provoquer des lésions au niveau du col. Certaines cellules du col deviennent anormales : on parle de dysplasies cervicales. Si elles ne sont pas traitées, ces lésions précancéreuses sont susceptibles d’évoluer en cancer du col de l’utérus à long terme (10-15 ans).


Détecter les lésions précancéreuses


Heureusement, il existe un moyen simple de dépister précocement ces lésions précancéreuses : le frottis cervico-utérin. Cet examen simple et indolore est réalisé par le gynécologue ou le médecin généraliste. Il permet de dépister les anomalies au niveau des cellules du col de l’utérus et de les soigner rapidement avant qu’elles n’évoluent en cancer. En effet, plus une anomalie est détectée tôt, mieux elle se traite.


9 cancers du col de l'utérus sur 10 pourraient être évités grâce à un frottis régulier.

Comment se déroule un frottis ?


Le frottis cervico-utérin s’effectue en position gynécologique (allongée, jambes écartées et posées sur des repose-genoux ou les pieds dans des étriers). Le médecin introduit délicatement un speculum dans le vagin pour en écarter les parois et accéder au col de l’utérus. Il prélève ensuite quelques cellules à l’aide d’une petite brosse ou tigette qu’il frotte délicatement à la surface du col et envoie ensuite ces prélèvements au laboratoire. L’examen dure quelques minutes et n’est pas douloureux, même si une petite gêne peut être ressentie.


Le résultat du frottis


Le frottis est qualifié d’anormal quand des cellules anormales ont été retrouvées lors de l’analyse. Cela ne signifie pas nécessairement que l’on soit en présence de lésions précancéreuses ou cancéreuses. Si le frottis suggère une anomalie, des examens supplémentaires peuvent être pratiqués :

  • un nouveau frottis 3 à 6 mois plus tard,
  • un test de détection des papillomavirus (test HPV),
  • une colposcopie : cet examen réalisé à l’aide d’un appareil grossissant (colposcope) permet de visualiser en détail le col de l’utérus. Après avoir placé un spéculum dans le vagin, le médecin badigeonne le col de l’utérus d’un produit colorant : celui-ci est absorbé par les cellules anormales et les rend donc visibles. Le médecin effectue alors une petite 1
Technique qui consiste à prélever une très petite partie d’un tissu ou d’un organe pour l’analyser au microscope. Elle permet d’identifier ou de déterminer la présence ou non d’une pathologie(...)
" target="_blank" style="margin: 0px; padding: 0px; border-top: 0px; border-right: 0px; border-left: 0px; border-image: initial; font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; line-height: inherit; font-family: inherit; vertical-align: baseline; border-bottom: 1px dashed currentcolor !important; color: inherit !important;">biopsie des tissus suspects et envoie les prélèvements au laboratoire.

Frottis: à quelle fréquence ?


Chaque femme devrait effectuer un frottis de dépistage à partir de 25 ans. En cas de résultats normaux, les frottis doivent être réalisés une fois tous les 3 ans. Sur avis du médecin, la fréquence des frottis peut être augmentée (si les résultats montrent une anomalie ou si la patiente est immunodéprimée, par exemple). Le risque de cancer de l’utérus devient très minime à partir de 65 ans : passé cet âge, il n’est donc plus nécessaire d’effectuer un frottis, sauf si une anomalie a été dépistée précédemment.

    En cas de résultats normaux, le frottis cervico-utérin est remboursé à raison d'une fois tous les 3 ans.

    La vaccination: un atout majeur


    La prévention du cancer du col de l’utérus passe par un frottis de dépistage régulier, mais également et surtout par la vaccination. Le vaccin anti-HPV protège efficacement contre les principales souches de papillomavirus responsables des cancers du col de l’utérus. Il est aussi très efficace contre les cancers du vagin, de l’anusde la vulve et de la sphère ORL, ainsi que contre les verrues génitales. Toutefois, le dépistage reste indispensable dans tous les cas, même chez une femme vaccinée.

    Source : [1] Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé. KCE Report 238Bs. Synthèse : quel dépistage pour le cancer du col? 2015

    L'article vous a plu ? Consultez d'autres articles santé féminine sur Gyn&co et inscrivez-vous gratuitement à leur newsletter


    Article réalisé par Gyn&Co
    Voir plus d'articles

    Contactez-nous